Bruxelles

Bruxelles souhaite féminiser les TIC

Publiée le 19 février 2014 dans Actualités,Édition 2014,Non classée


Selon la Commission européenne, le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC), qui crée environ 120 000 emplois par an, manque de femmes. Quelque 7 millions d’Européens y travaillent mais les femmes ne représentent que 30 % de cette main d’œuvre et bon nombre d’entre elles sont bien souvent cantonnées à des fonctions à faible niveau de responsabilités. La Commission souhaite donc inverser la tendance. « Mon ambition est d’attirer plus de femmes dans les TIC », a déclaré Neelie Kroes, la commissaire en charge de la stratégie numérique. « Nous savons de manière certaine que plus une entreprise compte de femmes, mieux elle se porte. Il est grand temps que le secteur des TIC intègre ce fait et donne aux femmes la possibilité de faire profiter le secteur et l’économie européenne de leur énorme potentiel ».

Accroître la présence des femmes dans l’économie numérique permettrait d’augmenter de 9 milliards d’euros le PIB annuel, selon une étude de la Commission sur le rôle des femmes dans le secteur des TIC. Une étude qui note que seuls 19,2 % des travailleurs du secteur des TIC ont une femme pour chef, contre 45,2 % des salariés d’autres secteurs. Et les organisations qui intègrent plus de femmes aux postes d’encadrement affichent une rémunération des capitaux propres supérieure de 35 %.
L’institution a par ailleurs chiffré dans le domaine des TIC une pénurie de 900 000 travailleurs qualifiés prévue d’ici 2015, dont 10% en France. Alors que le secteur représente 5% du PIB européen, soit 660 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel et plus de 2,5% de l’emploi total dans l’Union européenne.

C’est pour cela que le Trophée Excellencia a été créé : afin de mettre en avant et de récompenser des femmes qui s’illustrent dans l’univers du high-tech, aussi bien des créatrices d’entreprise, des futures ingénieures ou des femmes investies dans une action sociale ou humanitaire. A l’initiative de Femmes du numérique, la commission de Syntec Numérique, et de l’Epita, ce prix vise aussi bien à promouvoir le secteur auprès des jeunes femmes qu’à faire tomber les stéréotypes.