Ils s’engagent avec nous ! Focus sur : StartUp42

Publiée le 26 septembre 2014 dans Actualités,Édition 2014,Non classée


Daniel Jarjoura est né et a grandi en Guadeloupe. Après avoir vécu quatre ans au Liban et des études en ingénierie informatique à l’EPITA, il a travaillé en innovation et développement commercial dans une société américaine. Passionné par l’aspect marketing des nouvelles technologies, il a participé à la construction, avec l’EPITA, de StartUp42, l’incubateur de startups qu’il dirige. Depuis septembre, Daniel Jarjoura travaille en partenariat avec Avolta Partners, une société de conseil en levées de fonds et fusions-acquisitions, pour les sociétés technologiques.

Pourquoi s’investir dans le sujet des femmes du numérique ?

Ayant fait des études d’ingénieur en informatique et travaillant dans le numérique depuis près de dix ans, j’ai bien évidemment remarqué l’absence de femmes dans cette filière. Pour moi, promouvoir la féminisation du numérique, c’est d’abord et avant tout encourager la diversité (de décisions, de projets) dans le domaine. C’est également augmenter le nombre de personnes travaillant dans le numérique. Il est aberrant qu’avec notre niveau de chômage, il n’y ait pas assez de candidats pour répondre à la demande de nouveaux talents dans l’industrie numérique.

Pourquoi vous investir personnellement ?

Pour essayer de faire bouger les lignes. Quand un projet m’intéresse ou me tient à cœur, j’essaie autant que possible de m’impliquer personnellement plutôt que d’attendre que d’autres le fassent pour moi.

Justement, qu’est-ce qui vous motive dans ce projet ?

La possibilité de faire bouger les lignes dans LE domaine le plus impactant pour la société de notre ère.

Quelles sont les actions à mettre en œuvre pour féminiser la profession ?

Plusieurs mais je me concentrerai sur une : au niveau scolaire. Avoir un équivalent de 100.000 entrepreneurs (100.000 geeks par exemple) pour promouvoir le numérique, son industrie, ses métiers, ses débouchés auprès des jeunes collégiens et lycéens. Je serais ravi d’aider à créer cette association si certains sont intéressés pour se joindre à moi !

NDLR : Au travers de la Route des Femmes du Numérique, Syntec Numérique va à la rencontre des jeunes (écoles, collèges, lycées), pour promouvoir le numérique et ses opportunités.

En quoi le Trophée excellencia est-il important pour faire bouger les lignes ? Je crois beaucoup au leadership par l’exemple. Les jeunes femmes ont besoin de “role-models” auxquels elles peuvent s’identifier pour se dire que c’est possible, c’est pour elles, qu’elles peuvent y arriver.

Que proposez-vous aux lauréates ?

Au-delà de la présentation de la soirée de remise des trophées, l’incubateur StartUp42 accompagnera pendant quatre mois la lauréate du trophée “Créatrice d’entreprise numérique ».