Interview lauréate Justine Zanna-Bellegarde, étudiante

Publiée le 3 octobre 2014 dans Actualités,Édition 2014,Non classée


Justine Zanna-Bellegarde a 19 ans. Parisienne de naissance, elle étudie au Lycée des Francs-Bourgeois, dans le 4ème arrondissement, jusqu’à son baccalauréat économique et social obtenu avec mention en juin 2013.

Elle part ensuite à Lille, dans le Nord, pour une année de classe préparatoire en lettres et sciences sociales (Hypokhâgne), avec une option mathématiques et sciences économiques et sociales validée, encore une fois avec mention. La jeune fille vient d’intégrer la première année de l’EPITA.

« Mon parcours est atypique par rapport à mes projets car j’ai décidé de prendre une voie d’ouverture culturelle plutôt qu’une voie axée scientifique, explique-t-elle. J’étais curieuse et l’informatique m’a semblé posséder un potentiel immense par rapport aux nouveaux problèmes qui se posent tous les jours. »

Pourquoi avoir candidaté au Trophée excellencia?

J’ai pris conscience de ce que la victoire à ce Trophée pouvait m’apporter dans mes études comme à l’avenir dans ma carrière professionnelle. De plus, l’intérêt particulier que je porte à l’EPITA a beaucoup joué dans ma candidature. Tant par son aspect international que par ses majeures ainsi que sa réputation, l’EPITA remplit largement les exigences de formation des futurs ingénieurs informatique de mon point de vue. La possibilité de faire une partie de ses études ou un stage professionnel à l’étranger dès le deuxième semestre de spécialité est évidemment un élément déterminant dans ce choix. Par ailleurs, les activités et associations de l’EPITA sont variées ce qui en fait un environnement dynamique et dans lequel j’étais impatiente d’évoluer.

Comment en avez-vous entendu parler ?

J’ai entendu parler du Trophée excellencia pour la première fois à un salon APB (Admission Post-Bac) au cours duquel je me suis intéressée de plus près à l’EPITA. Les élèves de l’école qui tenaient le stand avaient aussi pour objectif de parler du Trophée excellencia aux filles intéressées par les études d’ingénieur informatique. C’est à ce moment que j’ai pensé envoyer ma candidature, le reste des informations m’ayant été apportées par le site internet www.excellencia.org ainsi que par les membres de l’administration de l’EPITA.

Que ressentez-vous après votre victoire ?

J’éprouve tout d’abord une grande reconnaissance à l’égard des organisateurs du Trophée excellencia, de l’EPITA, de Syntec Numérique et de tous ceux qui ont permis ce périple. On m’a fait confiance et on m’a surtout donné une chance inespérée compte tenu de mon parcours original.

Je souhaiterais donc les en remercier. Par ailleurs, je suis évidemment extrêmement motivée par rapport à mes études et ressens l’envie de faire de mon mieux pour faire bon usage de cette chance. Malgré une certaine anxiété due aux exigences qui en découlent, je ne reste pas moins impatiente de faire mes preuves au sein de l’EPITA.

Qu’est-ce que cette victoire vous apportera ?

Cette victoire m’apportera beaucoup, à commencer par le fait de pouvoir rencontrer des femmes du numérique et des étudiantes qui ont réalisé des projets originaux et de qualité dans leur parcours scolaire et professionnel. C’est une réelle opportunité que de pouvoir intégrer une communauté, de pouvoir suivre et être suivie par ces personnes. Ensuite, je suis certaine que le fait d’obtenir un titre aura de la valeur dans mon parcours professionnel futur et qui me permettra une certaine reconnaissance. Enfin, cela m’encourage à réussir à mon tour mes études et mes projets professionnels.

Quels sont vos projets ?

Mes projets sont loin d’être précis et heureusement qu’ils pourront évoluer au cours des cinq années que je passerai à l’EPITA. Cependant, j’ai déjà quelques certitudes : je souhaiterais d’abord étudier puis travailler à l’international, et l’école me le permettra dès la deuxième année du cycle préparatoire.

Ayant toujours beaucoup voyagé et pratiqué les langues étrangères (anglais, allemand, espagnol, japonais), cet aspect de mon avenir professionnel me paraît évident. D’autre part, je pense que certains domaines d’application de l’informatique sont amenés à se développer dans les prochaines années et appellent l’innovation. Je m’intéresse notamment à la robotique, à l’intelligence artificielle et aux systèmes embarqués.

C’est pourquoi les majeures SCIA (sciences cognitives et informatique avancée) et GISTRE (génie informatique des systèmes temps réel et embarqués) disposent pour moi d’un fort potentiel. Enfin, je souhaiterais à terme fonder ma propre entreprise et/ou faire de la recherche appliquée.