Cécile Réfalo - lauréate du Trophée excellencia 2016

Lauréate prix étudiante : Cécile Réfalo – ESAIP

Publiée le 2 novembre 2016 dans Actualités,Edition 2016


Qu’est-ce qui vous a poussée à poser votre candidature au Trophée excellencia ? Quelles étaient vos motivations ? Comment en avez-vous entendu parler ?

 

 

Cécile Réfalo : J’ai entendu parler du Trophée excellencia grâce à l’ESAIP qui m’a contactée après mon inscription .J’ai déposé ma candidature au Trophée excellencia car je trouve qu’il est indispensable de renforcer la mixité dans le monde du numérique.

 

Mes motivations étaient nombreuses. Etant passionnée par le domaine du numérique, l’idée d’être la première lauréate de l’ESAIP me rendait très fière. Outre l’aspect financier non négligeable, le Trophée excellencia représentait pour moi une forte reconnaissance envers mon parcours scolaire et mon projet professionnel. Il me permet également de bénéficier d’une visibilité importante.

 

 

Racontez-nous le moment où vous avez appris que vous étiez lauréate. Quelle a été votre réaction ? Qu’avez-vous ressenti ?

 

Cécile Réfalo : J’ai eu du mal à réaliser ce qui m’arrivait mais j’étais très heureuse. C’est vraiment encourageant de voir que mon parcours et mon projet sont reconnus et récompensés. J’étais très honorée de pouvoir représenter l’ESAIP

 

Vous intégrez une école d’ingénieurs prestigieuse, avec une spécialisation numérique. Qu’attendez-vous avec le plus d’impatience dans cette expérience? Selon vous, quel sera votre plus grand challenge cette année ?

 

Cécile Réfalo : Je ne pourrais pas dire ce que j’attends le plus ! Je pense que l’ESAIP va beaucoup m’apporter autant sur les compétences que sur les valeurs humaines. J’ai particulièrement hâte de débuter les cours de cyber sécurité, c’est une spécialité qui m’intéresse particulièrement.

 

Je pense que le plus grand challenge cette année sera le séjour d’études à l’étranger. Je n’ai jamais passé plus de deux semaines dans un pays étranger. Le fait de réellement y vivre pendant trois mois et de suivre des cours en anglais va me permettre de vivre plein de nouvelles expériences.

 

Quel est votre projet professionnel ? Comment envisagez-vous l’avenir ?

 

 

Cécile Réfalo : Je souhaiterai être ingénieure du numérique spécialisée dans la cyber sécurité. Je pense qu’il est important de trouver une spécialisation dans le vaste domaine qu’est le numérique. Précisément je ne sais pas ce que j’aimerai faire au quotidien mais j’aimerai que chaque journée soit mouvementée.

 

Travailler dans une start-up française, innovante et dynamique serait pleinement l’occasion de contribuer aux usages de demain. Le fait qu’elle soit française serait une grande fierté car cela serait l’occasion de rappeler à ceux qui croient l’inverse, que l’innovation se passe aussi en France !

 

 

Pourquoi ne pas créer moi-même cette start-up ? C’est un projet que j’envisage de plus en plus depuis quelques mois. Il doit mûrir mais je pense qu’il peut mener à des choses très intéressantes s’il se concrétise car je vais toujours au bout de mes idées.

 

 

Si vous deviez créer une innovation numérique révolutionnaire, quelle serait-elle ? Pourquoi ?

 

 

Cécile Réfalo : Je voudrai faciliter l’utilisation des transports en commun. Les usagers s’inscriraient sur l’application de leur réseau de transport. L’entrée dans le transport se ferait avec un smartphone doté de la technologie sans contact activée. Il serait débité mensuellement, à son avantage, selon les trajets faits. Si l’aller coûte 1€ et qu’un usager en a fait 40, cela devrait lui coûter 40€. Hors, un forfait illimité à 30€ existe. Il paierait 30€.

 

Les usagers sans smartphone ou ponctuels auraient une carte sans contact. Une rapide inscription permettrait donc de circuler sans se demander s’il vaut mieux prendre le pass journalier ou un autre ! Les arrêts communiqueraient sans contact des informations aux possesseurs de l’application. Il y aurait une réduction des déchets avec la dématérialisation et une réduction des fraudes : on oublie/perd peu son smartphone ! Un usage très simplifié et presque invisible augmenterait ainsi la fréquentation.

 

Retrouvez la vidéo présentant Cécile Réfalo