Nominée – Ludwine Probst – Duchess France : « Plus mon investissement a grandi, plus j’ai ressenti le besoin de faire passer des messages. C’est devenu une évidence.»

Publiée le 4 septembre 2014 dans Actualités,Édition 2014,Non classée


Ludwine Probst, qui travaille dans une entreprise du numérique, est également à la tête de Duchess France, une association qui met en relation les femmes de l’IT afin de leur donner plus de visibilité et les inciter à prendre la parole lors de conférences.

Pour un objectif : mettre en avant des rôles modèles féminins : « Peu de femmes sont présentes actuellement dans les milieux techniques de l’informatique et elles se retrouvent souvent isolées. Nous voulons, d’une part, montrer qu’il y a des femmes développeuses, expertes dans leurs domaines et, d’autre part, essayer d’inspirer d’autres jeunes filles, et pourquoi pas créer des vocations. »

Vie professionnelle et vie associative sont pour elle tout autant enrichissantes. Elles « se stimulent, s’enrichissent et se complètent l’une l’autre ».

Si, au départ, elle a rejoint l’association pour aider à l’organisation d’événements techniques, Ludwine Probst a progressivement pris goût à cet engagement personnel. « Plus mon investissement a grandi, plus j’ai ressenti le besoin de faire passer des messages. C’est devenu une évidence. »

Cette trentenaire originaire d’une petite ville des Vosges se présente comme une jeune femme curieuse et souriante, mais surtout courageuse et motivée.

Pourtant passionnée d’arts plastiques, Ludwine Probst se tourne vers des études de mathématiques avec une spécialisation en probabilités et statistiques après un baccalauréat scientifique. Le Capes en poche, elle décide cependant de s’orienter vers tout autre chose que le métier d’enseignant.

Une petite annonce l’interpelle : un poste de développeuse. Et lui permet de réaliser l’un de ses rêves d’enfant : vivre à Paris. « L’image que j’avais de l’informatique via l’écriture d’algorithmes présentait des similitudes avec les raisonnements mathématiques que j’aimais faire.

J’ai vu ce poste comme une opportunité de découvrir un nouveau domaine », se souvient la jeune femme qui rêve de voyager au Kazakhstan ou en Mongolie. Sa plus grande fierté ? « En partant de zéro en informatique, j’ai réussi m’intégrer dans ce nouveau monde que je ne connaissais pas et à dépasser mes limites ».